Aller au contenu principal
ministre showcase

Economie numérique

Missions et axes phares Direction de l’Economie Numérique

A/Missions :

 

  • Elaborer la stratégie nationale de développement du secteur de l’Economie Numérique et en assurer sa mise en œuvre, le suivi, l’accompagnement et l’actualisation ;
  • Etablir les programmes opérationnels et les plans d’action de la stratégie nationale de l’Economie Numérique et en assurer le suivi et la mise en œuvre ;
  • Elaborer la stratégie nationale de développement de l’innovation, de la R&D et du transfert technologique dans le secteur de l’Economie Numérique et en assurer le suivi ;
  • Accueillir, informer et orienter les investisseurs dans le secteur de l’Economie Numérique ;
  • Contribuer à l’élaboration de la stratégie nationale de développement du secteur de l’Economie Numérique (outsourcing) et veiller à l’accompagnement dans la mise en œuvre ;
  • Entreprendre avec les organismes concernés toute action visant l’encadrement, l’incitation et le développement des TPE et PME du secteur de l’économie numérique et assurer le renforcement et la pérennisation de leurs compétitivités ; 
  • Contribuer dans le cadre de la stratégie nationale de la formation professionnelle à l’identification des besoins et l’établissement des plans de formation dédiés au secteur de l’Economie Numérique ;
  • Fournir l’expertise nécessaire aux opérateurs du secteur de l’Economie numérique en vue de renforcer leur compétitivité ;
  • Participer à l’élaboration des contrats programmes destinés à la définition du plan de développement du secteur de l’économie numérique à conclure entre l’Etat et les organismes compétents et les acteurs opérant dans ledit secteur ; 
  • Développer tout programme de coopération et de partenariats dans le secteur de l’économie numérique ;
  • Contribuer à la promotion et au développement de l’entrepreneuriat dans le secteur de l’économie numérique ;
  • Elaborer le cadre législatif et réglementaire des activités de l’économie numérique et des télécommunications ;
  • Participer, en coordination avec les départements et les organismes concernés à l’élaboration et à la modification des cahiers de charges des exploitants des réseaux publics de télécommunications et les soumettre à la procédure d’approbation ;
  • Elaborer le plan de développement de la confiance numérique .

B Axes phares :

1.    Offshoring


Le secteur de l’Offshoring est un secteur stratégique en plein essor au Maroc, grâce à son agilité, ses écosystèmes hautement qualifiés et ses capacités avérées de création d’emploi et de drainage des investissements.
Cette dynamique est appuyé principalement par la position géostratégique unique du Maroc qui lui permet de se situer à moins de 3 heures de vols des plus grandes capitales européennes, son vivier de talents qui constitue un atout majeur au service de l’investissement compétitif et de la création de valeur ajoutée mais aussi un package de mesures incitatives attractives pour les entreprises. Ces mesures incitatives visent l’amélioration de l’attractivité du Maroc pour favoriser la création de l’emploi, tout en assurant un développement équitable des différentes régions du Royaume
Le Maroc est actuellement un des leaders internationaux de l’Offshoring avec compte aujourd’hui :


•    +1200 entreprises installées au Maroc 
•    120 000 emplois
•    +13,5 Mds de DH de chiffre d’affaires à l’export services en 2020


2.    Ecosystèmes numériques


Le secteur du Digital est l’un des leviers stratégiques permettant la transformation économique et sociale de notre Nation. D’une part, le Digital est un des secteurs les plus créateurs de valeur au niveau des indicateurs économiques et sociaux ; d’autre part, et de par sa nature même, le Digital est un pilier incontournable pour le développement des autres secteurs, et la bonne mise en œuvre des différentes stratégies sectorielles. 
En effet, l’introduction des technologies et des solutions digitales et digitalisées permet entre autres d’augmenter la compétitivité des entreprises nationales, de créer des activités économiques génératrice d’emploi de revenue, de générer des activités permettant des entrées en devise et permet de façon générale d’améliorer la qualité de vie des citoyens marocains.
Dans cette optique, le Maroc a fait le choix d’instaurer un environnement favorable au développement du secteur du Digital et de ses acteurs, à travers un appui aux écosystèmes technologiques et sectoriels prioritaires du digital, afin de développer des pépites et des champions nationaux, qui peuvent s’exporter au niveau international, prendre part dans la plus grande industrie au Monde, contribuer au développement de notre souveraineté digitale, soutenir la mise à niveau digitale de nos PME stratégiques et attirer de nouveaux IDE au Maroc.


3.    Startups et innovation

Conscients de l’importance des startups, le Ministère de la Transition Numérique et de la Réforme de l’Administration s’attelle au déploiement d’un plan d’impulsion de l’Ecosystème de cette catégorie d’entreprises, associé à des objectifs précis. 
Ce plan qui comprend diverses incitations à la création et au développement des startups, à l’innovation et à l’investissement, ambitionne de contribuer à l’atteinte des ambitions du NMD, de créer un impact tangible dans l’éclosion de champions nationaux.


4.    Vivier de talents


Dans sa feuille de route 2021-2026, le gouvernement marocain a fait le choix d’une politique volontariste visant l’accélération de la transformation digitale comme un véritable levier de changement et de développement.
De même, le Nouveau Modèle de Développement du Maroc place le pari audacieux pour le pays de « Devenir une nation numérique, où le potentiel transformationnel des technologies numériques est pleinement mobilisé » au premier rang des principaux paris d’avenir à relever pour en faire « un pôle économique et de savoirs parmi les plus dynamiques et les plus attractifs de la région et du continent ». 
Dans cette configuration, le Ministère de la Transition Numérique et de la Réforme de l’administration place les questions liées à l’adéquation des compétences, et à leur disponibilité en nombre suffisant au cœur de ses priorités, en vue non seulement de maitriser les technologies actuelles et émergentes, mais aussi de développer les capacités d’adaptation.
Pour ce faire, des stratégies novatrices et coordonnées en matière de formation, à même de porter et de mettre en œuvre cette transformation numérique sur le terrain, sont prévues. Elles sont liées, notamment à :

  • L’anticipation des besoins en compétences de manière pérenne 
  • L’adaptation de l’offre de formation aux besoins en compétences, à travers entre autres le déploiement de formations de requalification.
  • La mise en place de mécanismes de maintien de l’adéquation offre et demande, notamment en termes de gouvernance.


5.    Infrastructure Télécom 


Le marché des télécommunications a enregistré à fin mars 2022 une croissance portée principalement par les segments de la téléphonie mobile et de l’Internet.
Internet :

  • Le parc global de l’internet (mobile + fixe) s’est établi à fin mars 2022 à 32,6 millions abonnés, soit une croissance annuelle de 6,4%, et le taux de pénétration s’est établi à 89,6%. 
parc internet
  • Le parc d’internet mobile représente 93% du parc global, soit 30,3 millions abonnés, dont le mobile 4G représente 84,6%, soit 25,6 millions abonnés, en enregistrant une hausse annuelle de 18,9%.
  • Le parc d’Internet fixe s’élève à 2,3 millions abonnés, dont l’ADSL compte 1,6 million abonnés (4,9% du parc Internet global) avec une légère baisse annuelle de 0,6%. 58,1% des accès sont à des débits inférieurs à 10Mb/s et la FTTH (Fibre to The Home) s’élève à 445.421 abonnés (1,4% du parc global) avec une hausse annuelle de 77,3%. 

 

  • Le parc d’abonnés mobile a atteint 51,3 millions abonnés dans les réseaux mobiles 2G/3G/4G, soit une croissance annuelle de 3,7%. Quant à la pénétration, elle est de 141,2%. 
parc téléphonie mobile

Le parc du mobile postpayé s’élève à 6,2 millions abonnés, soit 12% du parc global du mobile, marquant une hausse de 8,6% sur une année.

  • Le parc du fixe s’établit à près de 2,6 millions d’abonnés, soit une hausse annuelle de 6,2%. 
parc fixe
  • Le parc des liaisons Data Entreprise enregistre 36.289 lignes, soit une hausse annuelle de 6,4%, dont 99,9% sont des liaisons nationales (88,2% de type VPN-IP et 7,3% de type LAN-To-LAN et 4,5% de type liaisons louées). 
  • Le Parc du marché des noms de domaines Internet sous «.ma » est de 108.651 DNS, en hausse de 10,5% sur une année (9.174 nouveaux DNS ont été enregistrés durant le 1er trimestre 2022).
  • Le chiffre d’affaires du secteur s’élève à 33,95 Milliards de DH à fin 2021, soit une hausse sur une année de près de 1,5% et une croissance de 8,9% entre 2016 et 2021, et ce en dépit d’une baisse en 2017.

 

ca telecom

 

 
 

S'inscrire à nos newsletter